L’expérience du jeûne

Le jeûne est un outil puissant de transformation qui agit à tous les niveaux de l’être. Il permet à terme d’aiguiser son propre discernement entre ce qui est utile pour soi et ce qui est accessoire ou superflu.
Ainsi, le jeûne aide-t-il à rompre avec d’anciennes habitudes ou routines qui, pour nous être familières,
ne nous sont pas pour autant bénéfiques.
Avec le jeûne, nous revenons à ce qui est essentiel pour nous-mêmes. Impossible ici de tricher, notre être nous envoie du plus profond de lui-même des signaux que nos sens captent enfin.

Les bénéfices du jeûne, mythe ou réalité ?

 

Les bienfaits du jeûne sont largement médiatisés depuis le reportage en 2011 sur Arte « Le jeûne, une nouvelle thérapie. Dans ce documentaire, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade défendent ardemment le jeûne. Plus récemment, le film du naturopathe Fabien Moine, « Le jeûne à la croisée des chemins » contribue à démystifier et populariser le jeûne. Ainsi en est-il avec le film réalisé sur Florien Gomet, aventurier adepte du jeûne et de la marche pieds nus, qui a parcouru 360 kms sans manger dans les montagnes du Canada durant l’été 2018.
Ultime reconnaissance, celle du prix Nobel de médecine 2016 du Japonais Yoshinori Ohsumi, qui a démontré le principe de l’autophagie : une cellule consomme et recycle ses propres composants quand les conditions extérieures sont néfastes, voire elle se détruit quand elle est malade.

C’est avant tout l’expérience de millions de jeûneurs qui valide l’expérience du jeûne.
Le siècle passé a nourri l’espoir que la biochimie allait nous permettre de percer tous les secrets du vivant mais  le nombre de réactions chimiques à découvrir dans notre corps semble ne pas avoir de fin. Paradoxalement, toutes les découvertes extraordinaires réalisées ne font que confirmer à quel point nous devons rester modestes dans nos prétentions scientifiques. 
Dans toute chose, et plus particulièrement en ce qui concerne la pratique du jeûne, c’est le ressenti et l’expérience qui doivent rester le principe directeur. Ce sont les bénéfices bien réels que vous gagnerez en jeûnant qui vous permettront de répondre. Ce sont les bénéfices que j’ai ressentis en jeûnant qui m’ont donné l’envie de faire du jeûne le pilier de ma nouvelle activité professionnelle.

Jeûner pour perdre du poids ?

 

En période de jeûne, l’organisme fonctionne en consumant ses réserves de graisse. Cela amène toujours une perte de poids.
Mais il doit être clair que cette perte de poids sera vite récupérée si le retour à une alimentation « normale » n’est pas gérée convenablement. D’où l’importance, si l’on a pour objectif de perdre du poids, de profiter du temps de jeûne pour re-conditionner son attitude face à la nourriture. Le jeûne est  une coupure nette dans la façon de s’alimenter et offre l’opportunité de repartir avec de nouvelles résolutions que l’on pourra tenir grâce à une reprise progressive et un nouvel état de conscience. Les informations que vous recevrez pendant la semaine vous aideront à opérer cette transformation.

Pourquoi randonner ?

– Pour préserver la musculature

Jeûner induit des transformations importantes du métabolisme. Le corps doit trouver et utiliser les ressources énergétiques dont il a besoin (en temps normal, essentiellement du glucose) et qui ne lui sont plus fournies par l’alimentation. Il les trouve dans ses propres tissus. Les protéines peuvent être transformées en glucose (néoglucogénèse) et les tissus graisseux peuvent être utilisés sous forme de corps cétoniques, substituts du glucose. Au bout de trois ou quatre jours, l’organisme fonctionne essentiellement avec des corps cétoniques et ne touche quasiment pas aux structures protéiques (aux muscles en particulier). Mais par précaution l’activité physique est conseillée pour protéger les chaînes musculaires en partant du principe que l’organisme ne va pas puiser de l’énergie dans des tissus qu’il utilise (les muscles). La formidable intelligence du corps induit un métabolisme qui se déroule toujours dans le sens qui tend à préserver les fonctions vitales de l’organisme et à optimiser son fonctionnement.

– Pour favoriser l’élimination

Le métabolisme crée des résidus toxiques qui doivent être éliminés. Ceci, que l’on jeûne ou pas. En période de jeûne, le corps va fonctionner en optimisant l’énergie disponible tout en opérant un nettoyage en profondeur.
Nos modes de vie nous mettent de plus en plus au contact de divers polluants, que nous ingérons et stockons dans nos tissus, soit sur des récepteurs situés sur les cellules – qui dès lors ne peuvent plus remplir leur fonction-, soit dans des tissus inertes – comme par exemple les tissus graisseux.
En période de jeûne, l’urine, la sueur, l’expiration et l’expectoration sont les vecteurs principaux de sortie des éléments toxiques du corps. Nos émonctoires (organes ayant pour fonction d’évacuer tout ce qui doit l’être pour faire respecter le principe d’équilibre de l’homéostasie) vont fonctionner à plein régime (engendrant d’ailleurs des sensations plus ou moins agréables).
C’est pour cela qu’il est recommandé de boire en abondance pour uriner et de produire un effort physique modéré qui fait transpirer et qui active le souffle.

 

– Pour limiter les effets désagréables du jeûne

Au delà des effets physiologiques bénéfiques qu’apporte l’effort physique, la randonnée en groupe est une activité conviviale qui distrait des éventuels désagréments que peut causer le jeûne. De plus, surtout si il s’agit d’un premier jeûne ou si la descente alimentaire a été trop superficielle, le travail de « nettoyage » peut être ressenti de façon intense et générer des crises d’élimination désagréables (éruptions cutanées, tachycardie, mal de tête par exemple). Diriger son énergie vers une activité extérieure va diminuer l’intensité du travail intérieur et cela permet de supporter plus tranquillement son jeûne. Ainsi, randonner quotidiennement permet-il de vivre son jeûne en douceur, tout en conservant un bon tonus musculaire et en maintenant une bonne tension artérielle.

– Pour se nourrir d’énergie

Je terminerai en disant que marcher au contact des éléments permet de se remplir d’énergie vitale grâce au contact avec les éléments de la nature, indispensables à notre équilibre physique et psychique. C’est pour cela que nous choisissons des lieux préservés pour randonner et pour respirer. Mais là aussi, le mieux est d’en faire l’expérience.

Quels sont les bénéfices immédiats du jeûne ?

Ce qui est avéré :

  • le renouvellement du système immunitaire
  • la mise au repos avec régénération du système digestif,
  • la perte des surcharges pondérales,
  • la diminution des problèmes inflammatoires,
  • des ongles et une peau embellis

Le jeûne est recommandé aux personnes souffrant de problèmes ostéo-articulaires, de problèmes respiratoires (affections chroniques, asthme…), de diabète de type II, mais il est aussi indiqué pour tous les problèmes liés à la sphère digestive (foie, colon irritable…).

Et si l’on ne souffre de rien en particulier ?

Tant mieux !
Une semaine de jeûne reste une aventure personnelle, un moment privilégié pour faire le point sur sa vie grâce à tout ce temps libéré des contraintes de la vie quotidienne.
C’est le moment de lire les livres que l’on n’a pas eu le temps d’ouvrir, d’écrire, de méditer. C’est l’occasion de questionner son rapport à l’alimentation. C’est une opportunité de trouver, peut être, plus de liberté dans sa vie et, certainement, une meilleure santé.

A mesure que nous avançons dans le jeûne, nous comprenons petit à petit comment devenir notre propre « médecin intérieur » et nous récupérons notre pouvoir.

Renseignez-vous, apprivoisez l’idée, évitez les discours basés sur la peur et lancez-vous !