pas bien gros mais en pleine forme !

“L’envie d’aller explorer mon potentiel”

– Et toi Cyrille, pourquoi as-tu voulu faire cette expérience un peu extrême ?

– C’est une sorte d’intuition. L’envie d’aller explorer mon potentiel. Il y a quelque chose qui me disait que je n’étais pas capable de faire ce treck, parce que je ne suis pas treckeur et en même temps une autre voix me disait que rien ne m’arrêterait une fois que je serais parti. Seul, clairement, je n’aurais pas réussi. Le groupe, ça change tout.

– En quoi le groupe “ça change tout” ?

– Ça marche devant, ça marche derrière, tu ne peux pas t’arrêter. C’est comme un train. Ce qui est très soutenant aussi c’est qu’il y beaucoup d’échanges. C’était une belle occasion de se rencontrer, dans des paysages magnifiques. Pour moi, c’était aussi une occasion de rencontrer Florian Gomet que je suis sur les réseaux parce que je trouve que c’est quelqu’un qui dit des choses justes. Il est un peu rentre-dedans mais je me retrouve bien dans ce qu’il dit ou dans ce qu’il écrit. Ma vision se rapproche de la sienne. C’est un gars qui m’inspire. J’ai lu son livre et j’ai adhéré. J’étais heureux de faire sa connaissance.

– Est-ce que cela change la perspective ou la vision de ton projet du Crapaud Sonneur ? 

– Difficile à dire maintenant. Une première idée se forme déjà : j’aimerais sans doute faire partie du réseau que Florian est en train de mettre en place, réseau de jeûnes et treck gratuits. J’adore l’idée de proposer aussi des formules gratuites. Je pourrais proposer un” JT” dans le Morvan ou ici, à Beaumont-Sardolles, de manière bénévole. Peut-être avec des nuances, des hébergements dans des granges par exemple ou en adaptant avec du yoga, du chant.

– Il y avait des outils de ce type pendant votre semaine ?

– Un jour, j’ai proposé un mantra. Le « Wahe Guru Wahe Guru Wahe Guru Wahe Jio ». Il est simple et puissant. Ça a été bien accepté.

– En posture du guerrier pendant 21 minutes ?

– Oui oui, on avait le temps ce jour-là.  (Oups, ça leur va bien, la posture du  warrior, se dit in petto le Crapaud Sonneur !!!) Je pense que ça n’a pas fini de maturer. je vais y repenser, le ressentir.

– Qu’est-ce qui t’a surpris par rapport à la manière dont tu envisages et proposes le jeûne dans tes stages ?

– L’expérience des deux purges, en début et en fin de jeûne, a été intéressante. Se purger en fin de jeûne est une nouvelle expérience. Je dois encore creuser la question.

– Et pour ce qui est de la marche, comment ça s’est passé ? Tu as marché comment ?

– Le premier jour, 8 heures, pieds nus, c’est passé mais j’ai senti que je tirais sur la corde. Alors ensuite j’ai remis mes chaussures de trail. Le terrain était trop mauvais. Même Florian qui a couru pendant …kms cet été a pris l’option de remettre ses chaussures. Quand le terrain ne s’y prête pas, il n’y a pas grand chose à faire. J’ai aussi utilisé mes bourraches, et je les ai bien appréciées. L’invitation à se chausser de manière minimaliste est vraiment pertinente.

– On reparlera de la question des pieds nus et on reparlera de Florian dans un autre article :+)